[Avis] The Deal – Elle Kennedy

Couverture Off-Campus, tome 1: The Deal
Note:
8/10
Pages: 432 pages
Edition: Hugo Roman

synopsisHannah est une très bonne élève et elle a un don incroyable pour le chant.

Mais quand il s’agit d’hommes et de séduction, elle perd tous ses moyens. Garrett est la star de l’équipe de hockey de l’université, mais ses résultats scolaires ne sont pas à la hauteur et il risque de perdre sa place dans l’équipe. Ils vont passer un drôle d’accord.
Elle lui donne des cours et il l’aide à séduire le quaterback de l’équipe de football.

Cet arrangement original va-t-il changer leur vie ?

mon avisA force de voir ce livre sur les réseaux sociaux, et de lire des avis plus que positifs, je me suis lancée ! Je remercie Célia pour me l’avoir recommandé plein de fois !

Dans cette jolie romance addictive, on rencontre Hannah, bonne élève et passionnée par la musique. Puis, Garrett dont la vie tourne uniquement autour du hockey et des filles, sauf qu’avec ses notes plutôt mauvaises en philo, il risque de ne plus pouvoir jouer! C’est là qu’intervient Hannah, et leur deal.

A la lecture du synopsis, et des premières pages, j’ai été septique car ça sentait les personnages très clichés, et le déja vu. Mais au final, l’histoire est vraiment bien menée, certes il n’y a rien de vraiment original mais tout paraît véridique. J’ai eu l’impression d’être une copine, et que Garrett et Hannah, me racontait l’histoire. Ces deux là sont vraiments attachants, amusants et touchants. Vraiment, je les ai adorés.

Garrett est sûr de lui, tandis qu’Hannah est réservée et humble. Rien d’original en soi, mais la plume de l’auteur est fluide, elle a su rendre les personnages profonds. J’ai adoré leur rencontre, leur histoire. Vraiment, ces deux-là ensemble, ça fait des étincelles !

Les personnages secondaires sont intéréssants aussi, j’ai apprécié la meilleure amie d’Hannah, et Logan. D’ailleurs le second tome tourne autour de son histoire, et j’ai envie de la découvrir !

Ce n’est pas un coup de coeur pour moi, mais j’ai passé un bon moment et je vous le recommande !

– Ok, je réponds en mettant le haut-parleur et en attrapant ma guitare. Mais surtout, si tu t’ennuies, n’hésite pas à raccrocher.
– Bébé, je pourrais te regarder peindre un mur blanc avec un Coton-tige que je ne m’ennuierais pas.

 

[Avis] L’enfant qui mesurait le monde – Metin Arditi


Pages: 220 pages
Edition: Grasset

synopsis

À Kalamaki, île grecque dévastée par la crise, trois personnages vivent l’un près de l’autre, chacun perdu au fond de sa solitude. Le petit Yannis, muré dans son silence, mesure mille choses, compare les chiffres à ceux de la veille et calcule l’ordre du monde. Maraki, sa mère, se lève aux aurores et gagne sa vie en pêchant à la palangre. Eliot, architecte retraité qui a perdu sa fille, poursuit l’étude qu’elle avait entreprise, parcourt la Grèce à la recherche du Nombre d’Or, raconte à Yannis les grands mythes de l’Antiquité, la vie des dieux, leurs passions et leurs forfaits… Un projet d’hôtel va mettre la population en émoi. Ne vaudrait-il pas mieux construire une école, sorte de phalanstère qui réunirait de brillants sujets et les préparerait à diriger le monde ?
Lequel des deux projets l’emportera ? Alors que l’île s’interroge sur le choix à faire, d’autres rapports se dessinent entre ces trois personnages, grâce à l’amitié bouleversante qui s’installe entre l’enfant autiste et l’homme vieillissant.

mon avisJ’ai choisi cette lecture via Netgalley, car j’ai été attirée par le titre et la couverture. Je n’avais pas lu le résumé, et j’aurais peut-être dû. Mon avis est assez mitigé, car pendant le premier quart du livre, je n’ai rien compris. L’alternance des points de vues des personnages n’est pas très claire, j’aurais préféré avoir le nom du personnage concerné en titre des chapitres afin de m’y retrouver.

J’ai été séduite par Yannis, l’enfant autiste, enfermé dans son silence et passant son temps à calculer, mesurer tout ce qui l’entoure. Les spécificités de l’autisme sont assez bien décrites, et réalistes. C’est un enfant très attachant, et c’est bien le seul personnage à l’être d’ailleurs. De plus, les informations données sur cet enfant sont toujours les mêmes, j’ai trouvé que ça tournait un peu en rond.

J’ai beaucoup aimé la relation de confiance qui s’installe entre Yannis et Eliot. Parcontre je n’ai pas du tout aimé Maraki, qui m’a gonflée une paire de fois. Je l’ai trouvé insupportable, et parfois sans coeur. Bref à part, Yannis, les personnages ne m’ont pas spécialement touchée.

J’ai abandonné ma lecture à la moitié, car je n’arrivais pas à rentrer dans l’histoire, rien ne m’intéressait réellement. C’est pourquoi, je ne mets pas de note, puisque je n’ai pas terminé ma lecture.

[Avis] Le réparateur de coeurs brisés – Laura D.


Note: 
9/10
Edition: Auto-édition (bookelis)

synopsis
Le briseur de coeur avait fait son oeuvre; je n’étais plus qu’une ombre cachée dans l’ombre.
Puis j’ai rencontré le réparateur de coeurs brisés.

mon avisQuand j’étais sur le point de terminer ma lecture de « Terreur de jeunesse », j’ai annoncé sur Twitter qu’il me faudrait une lecture douce et mieilleuse à souhait pour m’en remettre. Laura a eu l’imense gentillesse de m’envoyer cette nouvelle, terminée récemment, et je la remercie à nouveau.

J’ai été conquise dès le début, puisque tout commence par une citation de Mathias Malzieu, et vous savez que c’est l’auteur que j’aime d’amour. La nouvelle est fortement inspirée par le style poétique de M. Malzieu, et c’est un vrai bonheur de pouvoir retrouver ce côté rêverie, enfantin, poétique que j’aime tant.

Dans cette histoire un peu particulière, nous rencontrons une demoiselle, qui a eu le coeur brisé par le « briseur de coeur ». Un jour, elle rencontre le « réparateur de coeurs brisés » et sa vie en est toute chamboulée. Il va essayer de l’aider à s’aimer elle-même, à changer l’image qu’elle a d’elle, de son corps etc.
C’est vraiment une très jolie histoire, qui m’a fait vibrer. La relation entre les deux personnages est très réaliste, on retrouve deux amoureux dont l’un essaye d’aider l’autre à s’accepter tel qu’il est.

C’est une histoire remplie d’amour, de patience, de tolérance et d’acceptation de l’autre qui m’a beaucoup touchée. Le style plein de poésie rend les dialogues et la relation encnore plus belle, encore plus tendre.

C’est une longue nouvelle ou un court roman, comme vous voulez. Ca se lit très très vite, et c’est un vrai régal. Comme une petite sucrerie qu’on voudrait sans fin.

Bilan – Juillet 2016

hello hey flirting waving yo
Hello tout le monde ! Je ne sais pas si vous vous en êtes aperçu, mais je n’avais pas fait de bilan pour le mois de juin, car je n’avais pas trop le temps de le préparer, ni de lire d’ailleurs.

Mais me voici pour vous faire le bilan du mois de juillet, qui a été bien garni niveau lecture, eh oui les vacances ça aide ! En fait, je n’ai commençais à bouquiner que depuis le 22, je n’avais rien terminé avant🙂 Parcontre je suis plutôt triste, car je m’imaginais lire, dehors au soleil… sauf qu’il fait un temps d’octobre, donc c’est un peu raté ! J’ai raté un peu mon retard dans mes lectures Netgalley, j’ai bientôt achevé de lire les « deja parus »🙂

Je n’ai eu aucune décéption, d’ailleurs c’est assez rare que je sois vraiment décue par un livre. Un coup de coeur pour le livre de Virginie Grimaldi, qui est un vrai livre doudou que je vous recommande encore et encore.

Voici la liste des livres que j’ai lu durant ce mois :

Tu comprendras quand tu seras plus grande – V. Grimaldi
          wp-1469183309157.jpg
Elles sont parties pour le nord – P. Lecomte
41Yn8zAULcL._SX195_
The air he breathes – B. Cherry
elements-tome-1-the-air-he-breathes-783291-250-400
Aux petites heures de la nuit – Flo renard
Couverture Aux petites heures de la nuit
Terreur de jeunesse – D. Vallat
Afficher l'image d'origine
Maintenant qu’il fait tout le temps nuit sur toi – Mathias Malzieu
Afficher l'image d'origine

J’avais aussi commencé Joyland de S. King, mais ma maison est en travaux, et mon livre à disparu lors du déplacement des meubles. Il finira par réapparaitre, même si c’est dommage, j’étais plutôt bien lancée dans l’histoire !

Vous les avez lu ? Ils vous tentent ?
Qu’avez-vous lu pendant ce mois ?

Tag PKJ – Bilan des 6 mois


Je pensais justement à faire un milieu de mi-année, et je suis tombée sur ce tag qui s’y prête très bien (normal, c’est le thème) alors c’est parti !

1) Avez-vous eu un coup de cœur ?
Oui, même beaucoup. Je ne vais pas tous les mettre, mais on y retrouve :
Afficher l'image d'origine  Afficher l'image d'origine  Afficher l'image d'origine  Afficher l'image d'origine
Afficher l'image d'origine  Afficher l'image d'origine    
Visiblement, je ne suis pas très « difficile » niveau coup de coeur, car j’en ai eu quand même beaucoup ! Il faudrait que je fasse un article spécialement pour eux d’ailleurs.

2) Avez-vous lu un roman Pocket Jeunesse ?
Oui, j’ai lu Nil de Lynne Matson.

3) Avez vous découvert un nouvel auteur ?
Oui, j’ai découvert Virginie Grimaldi et j’ai très envie de découvrir son autre livre !

4) Avez-vous lu un de vos auteurs préférés ?
Oui j’ai lu Depuis qu’il fait tout le temps nuit sur toi de M. Malzieu la semaine dernière !
Afficher l'image d'origine

5) Avez-vous terminé une série ?
Oui j’ai terminé la 5ème Vague, il y’a quelques semaines !

6) Avez-vous lu un livre sorti cette année ?
Oui plusieurs, le dernier est The air he breathes. Je lis quand même plus de livres plus « anciens » car j’achète surtout en occasion.
elements-tome-1-the-air-he-breathes-783291-250-400

7) Avez-vous rencontré un auteur ?
Non, jamais.

8) Attendez-vous avec grande impatience un livre qui sortira pendant la seconde moitié de 2016 ?
J’attends la suite de la Passe-Miroir avec impatience !

9) Avez-vous lu un roman sans histoire d’amour ?
Pas sûre, car il y a très très souvent de l’amour en fond. Quoi que, pas dans « maintenant qu’il fait tout le temps nuit sur toi ».

10) Avez-vous lu un roman d’un auteur français ?
Plusieurs, V. Grimaldi, M. Malzieu, P. Lecomte, D. Vallat etc. et surtout les auteurs auto-édités!

11) Avez-vous lu un roman adapté au cinéma (ou en série/téléfilm) ?
La 5ème Vague, même si pour le moment seul le premier est adapté. Ceci dit, je n’ai pas du tout aimé l’adaptation donc j’espère qu’ils s’abstiendront pour adapter la suite.

12) Avez-vous lu un livre qui vous a fait pleurer ?
Oui ! Hopeless de Colleen Hoover ! J’ai pleuré toutes les larmes de mon corps.

13) Avez vu lu un roman historique ?
Non je ne crois pas. Aprés ça dépend ce qu’on entend par « historique », car dans Elles sont parties pour le nord de P. Lecomte, on est plongé dans l’histoire des grues, ça peut fonctionner !

14) Avez-vous lu un roman que quelqu’un vous a conseillé ?
Oui plusieurs grâce aux réseaux sociaux, The air he breathes est le dernier que l’on m’a conseillé ! Mais aussi tout les Colleen Hoover, que les copines me recommandent chaudement😉

Vous avez fait votre bilan de mi-année ?

Catégories tag

[Avis] Terreur de jeunesse – David Vallat

Couverture Terreur de jeunesse
Pages: 240 pages
Edition: Calmann- Lévy

synopsis
1995, David Vallat, 23 ans, est arrêté. Impliqué dans les réseaux du GIA qui terrorisent alors la France, le djihadiste a longtemps côtoyé Khaled Kelkal, Ali Touchent ou encore Boualem Bensaïd. Derrière les barreaux, il ouvre les yeux.

Aujourd’hui, David Vallat témoigne des mécanismes qui poussent un jeune à s’engager dans le djihad. Déterminé à lutter contre les dérives religieuses, il décortique, dans ce livre citoyen, les rouages de l’embrigadement et propose des pistes vers un processus de déradicalisation. David Vallat pensait vivre caché mais les attentats de Charlie Hebdo et ceux du 13-Novembre ont changé la donne.

mon avisJ’ai pu lire ce livre grâce à la platerforme Netgalley, et à Calmann-Levy qui a accepté ma demande de lecture. Le thème est difficile et lourd, mais j’avais envie d’en savoir plus. Tenter de comprendre, si comprendre est possible.

David Vallat, raconte son parcours, de l’adolescence à l’âge adulte. De la petite délinquance à l’embrigadement. Depuis ce parcours et la fin de sa peine de prison, David à repris une vie « normale » et il ne souhaitait pas revenir sur ce passé douloureux, mais les derniers évenements l’ont poussé à s’exprimer. Dans l’espoir que son témoignage puisse aider à comprendre les rouages de la radicalisation.

Dès les premières pages, j’ai été prise aux tripes, pourtant ce n’est pas la première fois que je lis sur ce thème. Mais c’est un témoignage, tout est véridique, et ça rajoute de l’angoisse supplémentaire. Petit à petit, j’ai l’impression de mieux comprendre comment il est possible de quitter sa vie, pour partir en guerre. David décrit très bien tout le processus, ça prend du temps, et tout est terriblement bien organisé, pensé. J’ai à la fois l’impression de comprendre, et en même temps je ne cesse de me dire, comment c’est possible ? Et quand je pose le livre, j’y réfléchi encore.

Cette lecture m’a tourmentée, et me tourmente encore. Vraiment ça me retourne le cerveau, je n’arrête pas d’y penser. J’ai cette envie de comprendre, mais cette impression que ce n’est pas compréhensible. Je ne sais même pas si c’est clair, ce que j’essaie de vous dire.

Il y a un point très important, tout le témoignage est ponctué de notes positives, concernant la possibilité de sortir de cette boucle infernale, et ça redonne de l’espoir.

Je n’ai pas mis de note, car parfois c’est impossible. Au vu du thème, il n’y a pas de « j’aime « ou de « je n’aime pas », possible.

[Avis] Aux petites heures de la nuit – Flo Renard

Couverture Aux petites heures de la nuit
Note: 
8/10
Pages:
Edition: Auto-édition

synopsisÀ dix-sept ans, Benjamin, violoniste talentueux, ambitionne de devenir instrumentiste quand un accident de la route vient briser tout net ses espérances. Devenu paraplégique, il doit réapprendre à vivre sans ses jambes et faire face aux contraintes de son nouvel état. C’est aux Épicéas, un centre de rééducation de la banlieue grenobloise, que Benjamin fait la connaissance d’Élise, une adolescente dynamique, et de Léopold, jeune homme à l’humour cynique, deux patients aussi malmenés que lui par la vie. Grâce à l’amitié de la première et l’amour du second, mais aussi la musique, Benjamin entame son long chemin vers la guérison. Alors qu’il recommence à prendre goût à l’existence, d’étranges phénomènes se produisent, qui menacent de le faire basculer dans la folie… Au-delà d’une romance entre deux garçons, Aux petites heures de la nuit est le récit d’une reconstruction, teintée de mystère, d’humour et, bien sûr, de musique.

mon avisJ’ai gagné ce livre lors d’un concours sur Twitter, je remercie à nouveau Flo Renard et Aurélie, pour le livre, mais aussi pour le joli marque page et le petit mot noté dessus.

Benjamin, adolescent de 17 ans, qui doit passer quelques mois dans un centre de réeducation suite à un accident de la route, car devenu paraplégique. Il doit réapprendre à vivre, car tout est désormais différent. J’ai apprécié ce côté de l’histoire, car nous sommes vraiment plongé dans la difficulté de l’acceptation du handicap, de la peur du regard des autres, et les chamboulements que tout celà induit sur l’avenir.

Les thèmes abordés dans ce roman sont donc le handicap, l’homosexualité, l’acceptation de soi, tout ceci sur un fond d’enquête un peu spéciale, menée par des adolescents.

Au centre de réeducation, Benjamin fait beaucoup de rencontres, principalement Elise et Léopold, avec qui, il va formé un trio inséparable. Inséparable par leur amitié mais aussi par l’amour. Ces trois adolescents pour qui la vie a été bouleversée, se soutiennent et s’épaulent jour aprés jour, afin de redevenir maître de leur vie. Et biensur, pour résoudre cette enquête mystérieuse !

Les personnages sont très sympathiques, j’ai beaucoup aimé Benji et Léo, un peu moins Elise qui m’a parfois un peu gonflée. Les deux garçons sont très attachants, même si j’ai trouvé que la relation entre eux était trop rapide à mon goût. Ce qui ne m’a pas semblé très réaliste au final.

Par rapport à l’enquête, je l’ai trouvé un peu vite résolue, ce ne sont que des adolescents, et ils arrivent à résoudre en peu de temps, une histoire à laquelle la police n’a jamais trouvé le mot final, ça m’a paru un peu « gros ». Mais dans le fil de l’histoire, ce n’est pas vraiment dérangeant.

C’est toujours un vrai plaisir de découvrir de jolies perles, dans le milieu de l’auto-édition. Je vous encourage vivement à aller découvrir ce roman, et les auteurs auto-édités.