[Avis] L’enfant de l’espoir – Jodi Thomas

wp-1473834443538.jpg

Note: 8/10
Pages: 304 pages
Édition: Harlequin

synopsis

Le bonheur est parfois plus proche qu’on ne le croit.

Elle est… enceinte ? Lorsqu’elle apprend cette nouvelle inattendue, Quinn est bouleversée.

Comment va-t-elle pouvoir annoncer sa grossesse à Staten ? Staten, qu’elle a laissé entrer dans son lit plusieurs fois, mais uniquement dans le but de lui apporter le réconfort et la tendresse dont il avait besoin suite à la mort de sa famille. En aucun cas pour se mettre en couple avec lui ! Certes, elle l’aime depuis toujours, mais il ne lui donnera jamais son cœur, elle le sait. Alors, très vite, sa décision est prise : cet enfant, elle l’élèvera seule…

mon avis

J’ai eu accès à cette lecture via Netgalley, et je remercie Harlequin d’avoir accepté ma demande de lecture. Le titre me plaisait, la couverture est douce. Je m’attendais donc a une jolie romance, c’est effectivement une romance mais pas que!

Ce que j’ai beaucoup aimé dans ce livre c’est que l’on suit les histoires de plusieurs personnages, qui au départ ne me semblait pas être liés les uns aux autres. Il y a donc plusieurs histoires entremêlées, mais je ne vais pas toutes les présenter, pour vous laisser le plaisir de la découverte.

Les personnages principaux que l’on rencontre sont Staten et Quinn, amis de longues dates, amants occasionnels, mais pas que. Comme le dit le résumé, leur histoire se construit au fil du temps, avec à la clé cet enfant que Quinn souhaite garder. Staten est un loup solitaire qui a perdu sa femme puis son fils. Quinn fait aussi cavalier seul, mais elle est l’amie toujours présente lorsque Staten a besoin. Leur histoire est atypique, mais vraiment touchante.

Il y a aussi Yancey, c’est un ancien détenu qui vient s’installer à Ransom Canyon, dans le but de recommencer à zéro. Il va aider tout un groupe de personnages âgées pour les petits travaux qu’elles ont a faire chez elles. On le voit évoluer dans cette communauté, dans sa façon de vivre et de penser. C’est un personnage intéressant et surprenant à la fois.

La plume de l’auteur est simple et efficace. Il n’y a pas de fioritures, ni de dialogues ou descriptions inutiles. L’histoire va à l’essentiel, et c’est nettement suffisant.

Les personnages sont vraiment attachants, je les ai tous appréciés. Surtout Staten et Quinn, qui sont d’une douceur incroyable.

En bref, une belle histoire sans prise de tête, et qui se lit très vite. Je recommande!

[Avis] Je m’appelle Léon – Kit de Waal

Note: 7/10
Pages: 352 pages
Éditions: Kero

synopsisComment se constituer une toute nouvelle famille de bric et de broc 

Leon, 9 ans, est un garçon courageux. Quand un jour sa mère n’arrive plus à se lever le matin, il s’occupe de son demi-frère Jake. Quand l’assistante sociale emmène les deux garçons chez Maureen au gros ventre et aux bras de boxeur, c’est lui qui sait de quoi le bébé a besoin. Mais quand on lui enlève son frère et qu’on lui dit que chez ses nouveaux parents il n’y a pas de place pour un grand garçon à la peau sombre, c’en est trop. Heureusement Leon rencontre Tufty, qui est grand et fort, qui fait du vélo comme lui et qui, dans son jardin, lui apprend comment prendre soin d’une petite plante fragile. Mais Leon n’oublie pas sa promesse de retrouver Jake et de réunir les siens comme avant. Le jour où il entend une conversation qui ne lui était pas destinée, il décide de passer à l’action…

mon avis

Encore une lecture à laquelle j’ai eu accès grâce at Netgalley, et aux Éditions Kero si je remercie. Le titre et le résumé étaient sympathiques, et puis j’ai croisé une chronique qui m’a motivée à le demander!

L’histoire est perçue à travers les yeux de Léon, ce qui est original et très intéressant. Voir le monde évolué par les pensées et mots d’un enfant de 9 ans, c’était vraiment super, j’ai adoré. On perçoit très bien la naïveté de l’enfance.

Léon est placé en famille d’accueil suite à des événements inquiétants au domicile de sa mère. Une maman très préoccupée par d’autres choses, qui laisse ses enfants assez souvent seuls, livrés à eux même, dans ces moments, Léon s’occupe alors de son petit frère Jack, qui est encore bébé. Comme le dit Léon a plusieurs reprises, il sait s’en occuper mieux que personne.

Évidemment, l’histoire de Léon fait écho avec mon métier d’éducatrice, bien que je ne travaille pas avec des enfants placés. Ce sont des situations qui me parlent, qui m’intéressent et me touchent. Il est évident que ce rapprochement a joué dans le fait que j’ai accroché à l’histoire. J’ai été triste et en colère que l’on sépare les deux frères, mais malheureusement, ça arrive, bien trop souvent.

Pendant ses péripéties de vie, Léon rencontre différents adultes qui s’occupent d’un jardin et avec qui il passe beaucoup de temps, et apprend à s’occuper de plantes. Cette histoire secondaire m’a laissée perplexe, je l’ai trouvée sans intérêt. J’ai eu du mal à voir le lien avec le reste de l’histoire et je me suis un peu ennuyée pendant ces passages. Je m’interroge même quant à l’intérêt de cette histoire.

J’ai été séduite et touchée par le personnage de Maureen, qui prend Léon et son petit frère sous son aile. Leur relation se construit petit à petit, elle est très belle et rendre. Le charme plus brut de Sylvia et son caractère tranché est intéressant aussi, sa relation avec Léon est différente mais intéressante aussi.

En bref, une belle histoire de famille décomposée, recomposée qui est racontée et perçue dans le regard d’un enfant de 9 ans. Touchante et tendre à la fois. Je recommande.

[Avis] Baad – Cédric Bannel

Afficher l'image d'origine

Pages: 480 pages
Edition: Robert Laffont

synopsis » BAAD  » : Homme mauvais, violent, cruel avec les femmes.
BARBARIE Des jolies petites filles, vêtues de tenues d’apparat, apprêtées pour des noces de sang.
ABOMINATION Deux femmes, deux mères. À Kaboul, Nahid se bat pour empêcher le mariage de sa fille, dix ans, avec un riche Occidental. À Paris, les enfants de Nicole, ex-agent des services secrets, ont été enlevés. Pour les récupérer, elle doit retrouver un chimiste en fuite, inventeur d’une nouvelle drogue de synthèse.
AFFRONTEMENT Il se croit protégé par ses réseaux et sa fortune, par l’impunité qui règne en Afghanistan. Mais il reste encore dans ce pays des policiers déterminés à rendre la justice, comme l’incorruptible chef de la brigade criminelle, le qomaandaan Kandar.
DÉFLAGRATION Nicole et Nahid aiguisent leurs armes. Pour triompher, elles mentiront, tortureront et tueront. Car une mère aimante est une lionne qui peut se faire bourreau.

mon avisEncore une fois, c’est un livre que j’ai pu lire grâce à Netgalley. Je remercie Robert Laffont pour avoir accepté ma demande, je ne m’y attendais pas vraiment, car c’était un des titres les plus sollicités. Le résumé, le titre et la couverture me donnaient envie, alors j’ai tenté ma chance.

Me voilà donc à lire ce Policier/Thriller. Autant vous dire, que je n’en avais pas lu depuis longtemps, je quitte le monde des Bisounours, pour un monde bien plus sombre.

Je vais faire court, car je n’ai pas accroché à cette histoire. Les personnages ne m’ont pas plu et j’ai eu du mal à suivre car il y en a vraiment beaucoup.

J’ai déjà lu beaucoup de policier et de thriller, alors ce n’est pas que le style ne me convient pas. C’est juste que je n’ai pas adhéré au style. Je le regrette car en plus j’avais gagné la version papier du livre😦

J’ai eu du mal à m’y retrouver avec les différentes histoires que l’on suit, malheureusement aucune n’a chatouillée mon intérêt plus qu’une autre.

J’ai abandonné le livre a la moitié, je n’aime pas me forcer et quand je n’accroche pas, je n’accroche pas…

[Avis] Fight – T1 : corps à corps – JB Salsbury

Couverture de Fight, Tome 1 : Corps à Corps


Note:
8/10
Pages: 477
Edition: Milady

synopsisRaven Moretti a été élevée par une mère prostituée. Elle sait qu’elle ne peut rien espérer d’extraordinaire dans la vie. Jusqu’à ce qu’elle croise le regard de Jonah Slade, le célèbre boxeur. À quelques semaines d’un combat important, Jonah est déterminé à réussir. Mais résister à Raven est une lutte contre laquelle il ne peut gagner. Aussi, lorsque le père de la jeune femme, qui est un proxénète, la contacte pour ses affaires, Jonah doit faire un choix. Dans un monde où perdre est pire que la mort, parviendra-t-il à sacrifier sa carrière pour sauver la femme qu’il aime ?

mon avisJ’ai été séduite par la couverture, et le résumé. Une romance qui nous fait entrer dans le monde de la boxe, j’ai trouvé que c’était assez original et fortement attrayant. Je n’ai pas été déçue du tout !

Raven est mécanicienne, ce qui est assez étonnant et original. Dés le départ, elle m’a plu, les codes du féminismes sont « cassés » grâce à ce choix de métier. Je remercie l’auteure, pour cette bonne idée, ça fait du bien de ne pas croiser une secrétaire, vendeuse, timide etc. Bon, ok, Raven est reservée, timide, persuadée que sa vie n’évoluera jamais en positif vu son passé. Au lieu de trouver son caractère nian-nian et déja vu, je l’ai trouvé très attachante et je me suis facilement identifiée à elle, ce qui m’a fortement aidé à rentrer dans l’histoire. En y réfléchissant, je me dit qu’au vue de son passé, elle aurait pu être un peu plus badass, plus coriace, battante…

Jonah, est totalement l’opposé de Raven. C’est un boxeur, plein aux as, et qui collectionne les histoires sans lendemain. Assez classique au final, mais le côté boxeur m’a séduite illico. Au delà des apparences, son caractère et son tempérament le rendent très séduisant et attirant. Il est un peu le bad boy par exellence. Encore une fois, ça fonctionne sur moi, Jonah m’a séduite sans aucun soucis.

J’ai adoré la rencontre entre Jonah et Raven, les descriptions sont vraiment très bien construites, j’avais l’impression d’assister à la scène. J’ai apprécié chaque passage où ils sont ensemble, suivre la construction, petit à petit, de leur histoire. Tout est plutôt réaliste, on ne saute pas du coq à l’âne, et les sentiments mettent du temps à arriver, ce qui colle bien avec la réalité. Eh oui, l’amour ne se construit pas en 50 pages.

Les scènes érotiques sont assez nombreuses, ça ne me dérange pas, mais je préfère le dire, au cas où des plus jeunes seraient tentées par cette histoire, ou même des personnes qui n’aiment pas ce côté érotique. Jonah a beau être boxeur, il fait preuve d’une grande douceur dans ces moments là, ce qui est plutôt admirable.

L’auteure a fait le choix d’alterner les points de vue de Jonah et Raven, ce que je trouve très agréable. J’aime beaucoup cette façon de construire le récit. La plume est assez simple et fluide. Le style est addictif, les pages se tournent toutes seules.

En bref, une belle romance, pas très très originale mais j’ai passé un super moment avec ces deux personnages attachants. Je recommande fortement !

[Avis] Maintenant qu’il fait tout le temps nuit sur toi – M. Malzieu

Maintenant qu'il fait tout le temps nuit sur toi par [Malzieu, Mathias]

Est-ce qu’il ne fait pas trop froid là-bas, est-ce que tu sais les fleurs sur le toit de toi, est-ce que tu sais pour l’arbre que l’on va devoir couper, est-ce que tu sais pour le vent qui agite les volets de la cuisine et secoue ton ombre sur le carrelage?

Note: 10/10
Pages: 160 pages
Edition: Flammerion

synopsisComment on va faire maintenant qu’il fait tout le temps nuit sur toi ? Qu’est-ce que ça veut dire la vie sans toi ? Qu’est-ce qui se passe pour toi là ?
Du rien ? Du vide ? De la nuit, des choses de ciel,
du réconfort ?  » Mathias, une trentaine d’années mais une âme d’enfant, vient de perdre sa mère. Sans le géant qu’il rencontre sur le parking de l’hôpital, que serait-il devenu ? Giant Jack, 4,50 mètres,  » docteur en ombrologie « , soigne les gens atteints de deuil. Il donne à son protégé une ombre, des livres, la capacité de vivre encore et de rêver malgré la douleur… Il le fera grandir. Mathias Malzieu nous entraîne dans un monde onirique, intimiste et poignant, dans la lignée d’un Lewis Carroll ou d’un Tim Burton.

mon avisPeut-être que vous le savez déjà, j’adore Mathias Malzieu (oui je l’ai déjà dit plusieurs fois), j’ai donc très envie de lire toutes ses œuvres (il n’y en a pas tant que ça) et bien sûr de les posséder. Je n’en ai que deux, car j’en ai lus certaines en numérique. Il s’agit ici de son tout premier roman.

Nous on voit rien, on te voit plus, on n’y voit rien, on ne sait plus grand-chose. On marche dans la nuit et on ne te trouve pas, faut dire qu’on les confond toutes ces nuits, noires, épaisses comme du tissu, pas beaucoup d’étoiles, tout se ressemble.
Il y a bien les souvenirs, mais quelqu’un les a électrifiés et connectés à nos cils, dès qu’on y pense on a les yeux qui brûlent.

Il y a quelques semaines déjà, je me suis laissée tenter par ce roman, qui mèle comme à son habitude, fantastique et poésie. J’ai eu la sensation d’être plongée dans l’imagination d’un enfant, avec le gros géant qu’il rencontre. J’ai adoré ça. Comme un retour en enfance, en parcourant les pages de ce livre.

Le thème principal est le deuil, puisqu’il vient de perdre sa mère. Comment surmonter une telle étape, un tel drame ? Comment continuer sans maman ? Ce livre m’a bouleversée, vraiment. Je me suis posée un million de questions, j’ai partagé sa peine, j’ai traversé les étapes du deuil avec lui.

Elle va revenir, je l’attends avec des étoiles et des gâteaux, elle en a marre des fleurs, elle en a marre d’être morte, c’est trop long…

Le côté poétique permet de rendre l’histoire moins triste, moins dramatique. C’est même parfois assez drôle, surtout les passages avec le géant. Je l’ai adoré ! Ce géant imaginaire, qui va l’aider à remonter la pente, aller de l’avant, reprendre le cours de sa vie, et apprendre à vivre sans maman.

Au fond, on a tous déjà vécu la perte, que ce soit quelqu’un de très proche ou pas. C’est une histoire qui dédramatise, qui rassure, qui apaise les douleurs. C’est comme un pansement sur le chagrin. Comme quelque chose de doux qui vient combler le vide.

Les jours passent, la nuit reste. Maintenant, tu me manques. Des fois c’est tes bras, des fois c’est tes pas dont je crois reconnaître le bruit. La plupart du temps, c’est toi en entier.

Je vous recommande mille fois cet auteur, à chaque fois je découvre une nouvelle histoire doudou, un nouveau pansement pour ma tristesse, et c’est magique.

[Blabla] Suicid Squad

Afficher l'image d'origine
Le 20 septembre, je suis allée au cinéma pour voir Suicid Squad avec mon copain. Ca faisait environ deux siècles, que je n’étais pas allée voir un vrai film. En général, je n’y vais que pour des dessins animés. Autant dire que je vis un peu dans le monde des Bisounours, comme il me l’a rappelé lors des bandes annonces pour les prochaines sorties.

Je ne connais pas du tout l’univers des Comics, à part Batman, je crois que je n’en connais aucun en fait. Autant vous que j’y suis allée vraiment car la bande annonce m’a tentée, et que le personnage de Harley m’a paru vraiment sympathique à découvrir !

Résumé du film : C’est tellement jouissif d’être un salopard ! Face à une menace aussi énigmatique qu’invincible, l’agent secret Amanda Waller réunit une armada de crapules de la pire espèce. Armés jusqu’aux dents par le gouvernement, ces Super-Méchants s’embarquent alors pour une mission-suicide. Jusqu’au moment où ils comprennent qu’ils ont été sacrifiés. Vont-ils accepter leur sort ou se rebeller ?

J’ai été absorbée par l’histoire et les personnages, du début à la fin. Avec une préférence pour Harley Quinn que j’ai trouvé à la fois touchante et déjantée. Tout ce que j’aime. En sortant, j’ai ajouté le tome 1 de ses aventures à ma wishlist ! J’ai apprécié aussi retrouver des vilains « pas si méchants que ça » que j’avais pu croisé dans Arrow (série que j’adore).

Concernant le Joker, j’adore la version Jared Leto, que je trouve plus touchante et machiavélique. L’histoire entre Harley et le Joker, m’a beaucoup plu, même si je suis sortie un peu déçue d’en apprendre si peu sur eux deux.

Bref, j’ai passé un super moment, et ça m’a donné envie de découvrir l’univers des comics ! Si vous avez des conseils pour débuter dans cet univers, je suis preneuse !

[Avis] The Deal – Elle Kennedy

Couverture Off-Campus, tome 1: The Deal
Note:
8/10
Pages: 432 pages
Edition: Hugo Roman

synopsisHannah est une très bonne élève et elle a un don incroyable pour le chant.

Mais quand il s’agit d’hommes et de séduction, elle perd tous ses moyens. Garrett est la star de l’équipe de hockey de l’université, mais ses résultats scolaires ne sont pas à la hauteur et il risque de perdre sa place dans l’équipe. Ils vont passer un drôle d’accord.
Elle lui donne des cours et il l’aide à séduire le quaterback de l’équipe de football.

Cet arrangement original va-t-il changer leur vie ?

mon avisA force de voir ce livre sur les réseaux sociaux, et de lire des avis plus que positifs, je me suis lancée ! Je remercie Célia pour me l’avoir recommandé plein de fois !

Dans cette jolie romance addictive, on rencontre Hannah, bonne élève et passionnée par la musique. Puis, Garrett dont la vie tourne uniquement autour du hockey et des filles, sauf qu’avec ses notes plutôt mauvaises en philo, il risque de ne plus pouvoir jouer! C’est là qu’intervient Hannah, et leur deal.

A la lecture du synopsis, et des premières pages, j’ai été septique car ça sentait les personnages très clichés, et le déja vu. Mais au final, l’histoire est vraiment bien menée, certes il n’y a rien de vraiment original mais tout paraît véridique. J’ai eu l’impression d’être une copine, et que Garrett et Hannah, me racontait l’histoire. Ces deux là sont vraiments attachants, amusants et touchants. Vraiment, je les ai adorés.

Garrett est sûr de lui, tandis qu’Hannah est réservée et humble. Rien d’original en soi, mais la plume de l’auteur est fluide, elle a su rendre les personnages profonds. J’ai adoré leur rencontre, leur histoire. Vraiment, ces deux-là ensemble, ça fait des étincelles !

Les personnages secondaires sont intéréssants aussi, j’ai apprécié la meilleure amie d’Hannah, et Logan. D’ailleurs le second tome tourne autour de son histoire, et j’ai envie de la découvrir !

Ce n’est pas un coup de coeur pour moi, mais j’ai passé un bon moment et je vous le recommande !

– Ok, je réponds en mettant le haut-parleur et en attrapant ma guitare. Mais surtout, si tu t’ennuies, n’hésite pas à raccrocher.
– Bébé, je pourrais te regarder peindre un mur blanc avec un Coton-tige que je ne m’ennuierais pas.