[Avis] Les mots entre mes mains – G. Glasfurd


Note:
9/10
Edition: Préludes

synopsisQuand Helena Jans van der Strom arrive à Amsterdam pour travailler chez un libraire anglais, la jeune femme, fascinée par les mots, a appris seule à lire et à écrire.

Son appétit pour la vie et sa soif de connaissance trouveront des échos dans le cœur et l’esprit du philosophe René Descartes. mais dans ce XVIIe siècle d’ombres et de lumières, où les penseurs sont souvent sévèrement punis, où les femmes n’ont aucun droit, leur liaison pourrait les perdre.

Descartes est catholique, Helena protestante. Il est philosophe, elle est servante. Que peut-être leur avenir ?

A partir d’une histoire d’amoure avérée et méconnue, Guinevere Glasfurd dresse le portrait fascinant d’une femme lumineuse en avance sur sont temps. Un roman de passion et de liberté sur fond de fresque envoûtante des Pays-Bas au « siècle d’or ».

mon avisEncore une lecture à laquelle j’ai eu accès grâce à la plateforme Netgalley, et à Préludes, que je remercie, une nouvelle fois. Je vous avoue que je n’avais pas lu le résumé avant de faire cette demande, car j’ai été séduite par la couverture, et j’aime bien me lancer un peu « à l’aveugle » dans mes lectures, car j’ai toujours peur que la quatrième de couverture en dise trop.

Je ne lis pas souvent de roman historique, et comme je n’avais pas lu le résumé, je n’avais d’ailleurs pas idée que ce livre en était un. Il s’agit de l’histoire de René Descartes et Helena, que tout semble opposer. Il est philosophe alors qu’elle est servante. Ils ne semblent pas faire partis du même monde, mais leur histoire nous prouve que les classes sociales peuvent être dépassées.

J’ai beaucoup aimé leur histoire, suivre leurs évolutions, l’apparition des sentiments etc. Grâce aux descriptions, j’ai fait un bond spectaculaire dans le passé. J’ai vécu l’histoire comme si j’étais une bonne amie d’Helena, et qu’elle se confiait à moi. J’ai vraiment passé un moment très agréable avec ce roman. 

L’histoire va bien au-delà de la romance, puisque Descartes fait des expérimentations avec Helena, par rapport aux « capacités » des femmes. Sont-elles aussi intelligentes que les hommes ? Ont-elles les mêmes capacités d’apprentissage ? Peut-il apprendre à lire et écrire à une « simple servante » ? Ce sont ces recherches, ces observations qui les rapprochent, et tissent les liens entre eux.

J’ai apprécié que l’auteur ne fasse pas l’impasse sur les codes sociaux, les règles conventionnelles de l’époque. On ressent vraiment que la différence de classes sociales est important pour Descartes, Helena et leur entourage. Il n’est pas n’importe qui, alors qu’elle n’est pas grand chose aux yeux du Monde.

Descartes m’a beaucoup plu, il ne traite pas Helena comme une simple servante, mais comme une femme, qui serait son égale. Il apparait comme un homme plutôt agréable et attentionné. Bon, j’avoue à certains moments, il m’a un peu agacée… mais ce ne serait pas un homme sinon 😉

En bref, un belle romance historique très crédible et réaliste, ce qui la rend vraiment agréable à suivre ! Je recommande.

Publicités

6 commentaires sur « [Avis] Les mots entre mes mains – G. Glasfurd »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s