Avis |Stars T1 – Anna Todd

et le résumé _ (1)

J’avais adoré After, alors quand on m’a proposé de me prêter Stars, j’ai accepté avec plaisir ! Eh ben… je n’irais pas jusqu’à dire que j’ai perdu mon temps avec ce livre, mais je vous avoue qu’on s’en rapproche.

J’ai aimé l’univers, mais en fait c’est un premier tome qui est beaucoup TROP introductif. Il devient intéressant que vers la fin du livre, où on entre enfin dans le vif du sujet, avant c’est du blabla pas franchement utile…

L’univers militaire mêlé à la romance, me promettait quelque chose de fort. C’est un flop total. On parcours vaguement le monde militaire pendant les 3/4 du livre alors que c’est quand même le thème principal ! Si le tome 2 repart intensément comme la fin du 1, il y a des chances pour qu’il soit vraiment bon !

On y suit Karina qui a une vie des plus ordinaires, elle est masseuse et adore vraiment son métier. On suit son quotidien tout au long du livre et même ses séances de massages. J’ai aimé ce personnage surtout à partir du moment où elle rencontre Kale, un jeune militaire qui rentre de mission. On sent assez vite qu’il y a beaucoup de non-dits dans leur relation, et j’avais très envie d’en découvrir davantage… à voir dans le second tome !

Sincèrement les personnages sont intéressants et attachants, mais l’histoire mets trop de temps à se mettre en place… On tourne en rond pendant des pages et des pages, notamment par rapport à Kale. On comprend assez vite qu’il a des choses à cacher, mais l’autrice attend la dernière partie du livre pour entrer dans le vif du sujet… En attendant, on tourne des pages encore et encore, et il ne se passe pas grand chose, car on attend juste d’en savoir plus sur Kale, sur la mission d’où il rentre etc.

En bref, une histoire qui aurait pu être intéressante si les trois quart du livre n’étaient pas aussi vide d’intérêt. J’espère que la suivre sera bien meilleure, car la fin du livre m’a tout de même fortement intriguée ! 

2c

et le résumé _

Karina Fischer avait dix-sept ans quand son père militaire l’a fait déménagé à l’autre bout du pays, ce qui ne l’a pas dérangé car elle voulait vraiment quitter la Californie. Trois ans plus tard,
Karina travaille comme masseuse à Atlanta et se sent bien pour la première fois de sa vie.

Mais les difficultés semblent revenir une fois encore. L’engrenage des affectations de son père ne facilitent pas leurs relations qui deviennent tendues et le comportement quasi incontrôlable de son frère entraîne la famille vers la rupture. C’est à ce moment-là que Karina rencontre Kale. Durant ses premiers rendez-vous de massage le soldat reste silencieux, ce qui apaise Karina. Quelque chose chez lui l’aide à reconsidérer le chaos qui l’entoure. Il ne la connait pas, et n’a pas l’air de vouloir approfondir leur rencontre. Et il ne parle pas… jamais.

Karina voit en Kale la stabilité dont elle a besoin, et comble de silences ses propres illusions. Mais les illusions peuvent se briser aussi vite que créées. Quand Karina pénètre dans le monde de Kale, elle découvre des mensonges plus forts que ce qu’elle pouvait imaginer.

 

Publicités

Avis| Calder & Eden (1 et 2) – Mia Sheridan

calder et eden

Je hurlai ma rage et mon sentiment de culpabilité. Quelle souffrance avait-elle endurée à cause de moi ? Ma merveilleuse Belle de Jour.

et le résumé _ (1)
Vous savez pourquoi je voulais lire ce livre ? Tout simplement car c’est écrit par Mia Sheridan. J’adore cette autrice, j’avais tellement, tellement aimé Archer’s Voice puis Toi plus que tout (un peu moins) ♥

Une romance, écrite par une autrice que j’adore, sincèrement je n’ai besoin de rien de plus pour me lancer dans une lecture ! Comme à mon habitude, je n’ai pas lu le résumé, même si en voyant les premiers avis passés sur les RS, j’avais bien compris qu’on y retrouverait le thème de la vie en secte. Ça m’a encore plus intriguée, car je n’ai jamais lu de livre qui abordait ce sujet !

Ce que j’ai aimé dans cette histoire, c’est le fait que l’on suive Calder & Eden depuis leur enfance jusqu’à l’âge adulte. J’adore quand on voit l’évolution des personnages sur le long terme, c’est vraiment un élément qui me plait.

Comme on s’en doute, ils vivent dans une secte. On y découvre leur vie quotidienne et ça n’a absolument rien à voir avec le quotidien des enfants dans le monde « ordinaire ». Vraiment, c’est très très différent, on dirait qu’ils vivent avec 100 ans de retard : pas d’eau courante, pas de machine à laver etc.

Je me suis souvent questionné sur les recherches qu’avaient dû faire l’autrice avant de se lancer dans un tel sujet, car sincèrement on ne peut pas parler de secte sans être un minimum renseigné sur leur fonctionnement. Ça m’a donné envie d’en savoir encore plus, et je me demandais s’il y en avait encore à l’heure actuelle ? J’imagine que oui, mais ça m’intrigue.

Les personnages sont hyper attachants, leur mode de vie les rends vraiment unique, je n’ai jamais rencontré de personnages semblables à Calder & Eden. Je ne vous parle pas de leur histoire, ni de leur rencontre, car ça gâcherait totalement le plaisir de la lecture. Tout ce que je peux vous dire c’est qu’ils ne sont pas du même « monde » et ne sont pas censé se fréquenter. Calder est un ouvrier alors qu’Eden fait partie de la classe supérieure. Mais qu’est-ce que cela signifie pour des enfants ?!

J’ai trouvé le second tome aussi bon que le premier, sincèrement c’est une suite parfaite. Je suis vraiment triste qu’il n’y ait pas plus de tomes car c’est le genre d’histoires que j’aurais envie de suivre encore, et encore ! Cette suite nous permet de suivre encore Calder & Eden, on en apprend davantage sur leur passé, mais aussi sur leur futur, évidemment…

cdc
et le résumé _

Calder a grandi au sein d’une communauté religieuse au coeur des Etats-Unis. Ses membres obéissent aux ordres d’un gourou qui a banni tout progrès technique et les isole du reste du monde.

Si Calder n’a pas eu la même enfance que les autres petits Américains, il est plutôt heureux de grandir là, entouré de sa famille et de ses amis.

Mais le jour où Eden arrive dans la communauté, les choses vont commencer à changer pour lui. Cette petite fille doit devenir, à l’âge adulte, la compagne de leur leader et elle est la clef d’une prophétie plutôt inquiétante pour la communauté.

Il est interdit à Calder, simple travailleur agricole, de fréquenter Eden qui grandit auprès des membres les plus puissants de la secte. Pourtant, il va se nouer entre eux une relation amicale qui se transforme au fil des années en un amour fusionnel et profond.

Quel avenir ont-ils dans une communauté où leur passion est interdite ? Mais est-il possible d’y résister ?

 

Avis | Série : Baby Random – Alexia Gaïa

baby random

À 11h05, je guette la porte à la façon d’un chien chez le toiletteur qui attend son maître avec impatience. Mon visage s’illumine dès que je vois un homme en costard entrer. Si j’avais une queue, elle remuerait dans mon dos.

 

Comme vous le savez, je n’aime pas chroniquer des suites car je trouve que c’est très difficile d’en parler sans dévoiler l’intrigue du premier tome. J’ai donc décidé de faire des avis sur les séries complètes quand je les ai finies. J’ai déjà commencé avec Driven (les 4 tomes principaux) de K Bromberg.

Bady Random est le genre de série délicieuse, qui se dévore sans s’en rendre compte. Les pages filent toutes seules, sans avoir besoin de réfléchir. Ça se lit vraiment tout seul, une vraie perle qui permet de décrocher totalement de la réalité. J’ai l’impression de souvent ressentir ça avec les romances, mais c’est vrai que c’est le genre qui me permet de plus de décrocher et de rêvasser.

Encore une fois, Alexia Gaïa a su construire un univers avec des personnes réalistes au possible, tous très attachants. Même si parfois, on a envie de les claquer pour leur mauvaises décisions ou leur paroles blessantes. N »est-ce pas aussi le cas dans la vraie vie ? On peut très bien adorer quelqu’un et avoir parfois envie de lui en coller une !

J’avais trouvé Célia un peu niaise et influençable dans le premier tome. Elle a beaucoup évoluée, ce n’est plus du tout la même femme. Elle a de grandes décisions à prendre, suite à l’ouragan qui traverse sa vie. Parfois elle doute et fait des erreurs, mais elle fait toujours de son mieux et c’est ce que j’ai aimé chez elle.

Concernant le triangle amoureux qui était présent dans le premier tome, il s’efface un peu dans la suite, même si tout les protagonistes restent présent dans l’histoire mais encore une fois, il ne s’agit pas de savoir lequel Célia doit choisir. L’histoire va bien plus loin que cela. Pour les personnes qui détestent ce genre de relations, sachez que ce n’est vraiment pas un trio amoureux à base de « je t’aime, moi non plus ».

L’ouragan qui traverse la vie de Célia (et des autres personnages) prend une place plus qu’importante dans la suite. Ça donne vraiment une profondeur et un intérêt supplémentaire à l’histoire. J’ai vraiment aimé cette histoire et en suivre l’avancement.

J’ai aimé suivre l’évolution des personnages, ils changent, mûrissent, apprennent à pardonner ou au contraire, à faire une croix sur les gens nocifs.

Même si tout n’est pas toujours rose dans cette histoire, c’est pour moi, une jolie romance doudou avec laquelle j’ai passé un excellent moment. 

C’est comme si d’un coup, je venais de comprendre comment ça marche. Quand on a des sentiments pour quelqu’un, qu’ils soient bons ou mauvais, ils ne partent jamais, qui qu’on fasse. Et il faut avoir le courage de les affronter et de risquer de tout perdre pour laisser vivre les bons…

Avis | Baby Random T1 – Alexia Gaïa

Je crois que c’est le moment le plus intense que j’ai jamais vécu… C’est… Je ne peux pas me l’expliquer autrement que par ces simples mots : un coup de foudre.

et le résumé _ (1)

Résultat de recherche d'images pour
Ce n’est pas la première histoire d’Alexia Gaïa que je lis, eh oui, j’avais adoré Adopted love ! Donc forcément, une nouvelle série d’une autrice dont j’ai aimé le style : ça me tente à fond! Encore une fois, j’ai adoré le style, c’est encore une histoire hyper addictive, difficile à lâcher dont on a envie d’enchaîner tous les tomes (et c’est ce que je fais).

A l’heure où j’écris ma chronique, j’ai déjà terminé le tome 2 ! Quand j’aurais lu le 3, je pense faire un article spécial « série » comme j’ai fais pour Driven. Je n’aime pas écrire des chroniques sur des suites car j’ai toujours peur de spoiler ceux qui n’ont pas lu les précédents. Par contre j’apprécie l’idée de faire un article dédié à la série en parlant de tout ce que j’ai aimé, en essayant de ne pas trop en dire…

Célia a une vie tout à fait ordinaire, qu’on pourrait décrire comme ça : voiture, boulot, dodo. Une vie classique, sans aucunes encombres. Mais ça c’était avant de connaître le client de 11h05 ! J’ai beaucoup apprécié le personnage de Célia, même si, comme souvent, il y a certaines réactions que je n’ai pas compris. C’est une fille tout à fait ordinaire qui a peu d’amis, sort peu, ne fréquente personne à part sa vieille voisine Mona.

C’est une personne assez solitaire, qui a vécu des choses difficiles, ce qui peut expliquer sa réticence à nouer des liens et le fait qu’elle se méfie beaucoup des hommes. Son patron, Max, la drague sans arrêt ; Célia voit bien qu’il est intéressée par elle mais elle ne lui fait pas confiance et a peur de lui accorder une soirée. J’ai aimé le côté très méfiant de Célia, car en effet, quand on a vécu une relation difficile, il faut du temps avant de refaire confiance à quelqu’un, et il faut se sentir prête. Au début, je comprenais plutôt bien ses comportements et j’étais assez d’accord avec elle. Elle rencontre quelqu’un. Puis elle accorde un rendez-vous à son patron et tout part en cacahuète. Elle se retrouve très vite à fréquenter deux hommes à la fois ! Pas mal pour une fille méfiante, qui ne veut pas rencontrer qui que ce soit !

J’insiste sur cet élément car j’ai trouvé que ça manquait un peu de cohérence par rapport à la façon d’être de Célia. Mais sincèrement, je suis vite passée à autre chose et ça ne m’a pas gâché ma lecture.

Au vu du titre et de la couverture, on se doute qu’il y a une histoire de bébé quelque part. J’avais vraiment hâte de voir quel était le rapport avec le bébé et comment il allait arriver dans l’histoire. Eh bien, il arrive de la façon la plus simple au monde… Je ne vous fait pas un dessin !

Nous sommes donc dans un triangle amoureux -eh oui- avec un imprévu à la clé. J’avais super hâte de voir comment cet imprévu allait modifier l’histoire, en sachant que même si elle est la principale concernée, Célia n’a pas toutes les cartes en main pour prendre des décisions.
Le triangle amoureux ne m’a pas dérangée car je l’ai trouvé bien construit, et l’imprévu rajoute du piment à ce trio. Nous ne sommes pas dans du « je t’aime, moi non plus », ni dans du du « je ne sais pas lequel choisir ». L’histoire est bien plus subtile et compliquée que ça.

Quel est le bon choix pour Célia ? Max le français -pas si arrogant que ça- ou le richissime et beau comme un dieu, Roman ? Un choix difficile, car il n’est pas seulement question de sentiments, cela va beaucoup plus loin que ça.

J’ai apprécié les personnages qui ont des caractères bien trempés ce qui apporte beaucoup de rebondissements à l’histoire, car personne ne se laisse marcher sur les pieds.

Le style de l’autrice est vraiment addictif, j’avais plus que hâte d’arriver à la fin pour en savoir plus sur l’imprévu en question. J’ai enchaîné directement avec la suite, car j’avais trop envie de continuer l’histoire et de suivre encore Célia.

Pour moi c’est un coup de cœur car même si des petites choses m’ont dérangées, je me suis laissée totalement emportée par l’histoire et je n’ai pas hésité une seconde à me lancer dans la suite.
cdc

et le résumé _
L’imprévu pourrait être sa plus belle surprise !

Il est 10 h 30 quand son patron arrive au café dans lequel travaille Célia. Il lui fait un sourire et l’invite une fois de plus à dîner. Mais Max est Français, et la réputation des Français pour briser les cœurs n’est plus à faire… Quelle excuse va-t-elle pouvoir trouver pour l’éviter ? Et si elle mettait ses préjugés de côté, Célia ne serait-elle pas surprise ? Il est 11 h 05. Célia est debout derrière sa caisse. Il va arriver, elle le sait. Il vient tous les jours depuis un an, toujours à la même heure. Il ne dit pas bonjour, ne sourit pas, ne la regarde pas et commande toujours la même chose. Célia se maudit de n’être qu’une petite serveuse dans le décor de cet homme d’affaires. Pourquoi aurait-il envie de la regarder, après tout ? Et si le sort décidait de se mêler de la vie amoureuse de Célia Fowell et de tout renverser sur son passage telle une tornade dans un magasin de porcelaine ?

 

Avis | L’erreur – Susi Fox

Le pire est arrivé.
Mais personne ne vous croit.

et le résumé _ (1)

Quand j’ai vu passé ce thriller psychologique sur les réseaux sociaux, il était évident que je devais le lire ! Même si étant enceinte, je doutais que ce soit vraiment une bonne idée vu le thème abordé ahah : l’échange d’enfants à la naissance.

Sasha et Mark forment un couple uni et qui paraît vraiment solide. En essai bébé depuis longtemps, ils désespéraient de voir un jour apparaître la fameuse barre sur le test de grossesse. Ce jour arrive, ils vont avoir une petite fille !

Mais voilà, Sasha accouche très prématurément et c’est un garçon ! Le drame commence, Sasha ne ressent rien pour son bébé et elle pense sincèrement que ce n’est pas le sien. Elle n’éprouve rien en prenant son bébé dans ses bras, elle ne reconnait rien d’eux sur son petit visage. Si ce bébé n’est pas le leur, alors où est-il ?

Le pitch est vraiment intriguant et aurait pu être hyper angoissant. C’est typiquement le genre d’histoire qui pourrait me tenir en haleine tout le temps du roman. Ça aurait pu fonctionner… Mais c’est un flop !

Tout d’abord, Sasha est souvent décrite comme étant déséquilibrée, elle a des antécédents de troubles psychologiques, sa propre mère ayant eu de grosses difficultés suite à la naissance de Sasha. En fait, Sasha m’a juste paru avoir des troubles psy, comme si elle était « juste » paranoïaque. A aucun moment j’ai pensé qu’elle avait raison et que son bébé avait été échangé. Il n’y a eu aucunes émotions entre elle et moi, et sincèrement je n’arrivais pas à croire à ce qu’elle soutenait. J’ai eu du mal avec le fait que même son mari ne la croit pas, à partir de là, comment pouvais-je la soutenir ? J’ai aussi douté de la sincérité de son amie, lorsqu’elle dit qu’elle la croit et la soutient. J’ai eu le sentiment qu’elle disait ça en étant loin, c’était plus facile de dire « oui oui je te crois ».

J’ai trouvé les émotions très très peu travaillées. Je n’ai pas angoissé ou stressé un seul instant. Tout est trop rapide, le suspens n’est pas assez fort. Même les descriptions de l’hôpital, et de l’unité psychiatrique ne sont pas approfondies,, pourtant le lieu à l’air flippant, donc avec des descriptions cela aurait pu devenir hyper angoissant.

L’idée de base était vraiment bonne, mais pour moi ça ne l’a pas fait. Peut-être que pour d’autres personnes le côté angoissant fonctionnera.

La fin a fini de m’achever. WTF ? Ca se termine comme ça ? Genre vraiment ? Rien de plus ?

Vous l’aurez compris, j’ai été séduite par le pitch, la couverture et ce qu’en disait la maison d’édition MAIS ce fut un vrai flop pour moi, et je suis déçue car j’aurais aimé flipper avec Sasha !

2c

et le résumé _

Sasha a toujours voulu un bébé. Sa grossesse se déroule à merveille, jusqu’au jour où elle se retrouve à l’hôpital pour subir une césarienne d’urgence. À son réveil, elle demande à voir son enfant. Alors qu’elle s’attend à vivre un moment magique, Sasha plonge dans un cauchemar bien réel. Le nourrisson qu’on lui amène n’est pas le sien. La jeune mère n’a aucun doute, même si personne ne la croit. Ni les infirmières qui évitent ses questions, ni son mari qui essaie de la convaincre, ni sa meilleure amie, appelée au secours. Pour tous, Sasha souffre d’un stress lié aux circonstances de la naissance. Mais ce serait oublier combien l’instinct d’une mère est profondément ancré en elle, en dépit des apparences. Si le bébé devant elle n’est pas le sien, où est passé son enfant ? Et qui a pu faire cette erreur ?

Avis | Aime-moi je te fuis – Morgane Moncomble

– Après tout ce qu’il t’a fait subir, tu crois encore qu’il t’aime ?
– L’amour n’est pas toujours lisse, Jason. Parfois il est violent, inexplicable, vicieux. Certains aiment et trompent. D’autres aiment et frappent. La plupart sont fous… mais même les fous ont un cœur.

et le résumé _ (1)

J’avais eu un coup de coeur magistral pour Viens, on s’aime alors il était évident que j’allais lire la suite. J’ai apprécié ma lecture, mais le précédent tome reste indétronable pour moi.

Dans cette « suite » on retrouve des personnages secondaires de Viens, on s’aime. On se concentre sur Zoé et Jason. Zoé est la meilleure amie de Violette & Jason, le meilleur ami de Loan.

Ce qui m’a vraiment perturbé c’est que ce tome se passe dans la même temporalité que Viens, on s’aime. Les histoires se déroulent vraiment côte à côte. Je ne sais pas trop pour quoi ça m’a dérangé mais j’avais du mal à m’y retrouver. Peut-être parce que souvent, lorsque l’on a des tomes compagnons, l’histoire continue simplement d’avancer avec les points de vues des autres personnages.

Zoé et Jason, -on va pas se mentir- sont des personnages très très intéressés par la sexualité. Et j’en avais un peu ras le bol de lire « sexe » « sexe » « sexe ». Cela n’empêche pas le fait que les personnages soient très travaillés par l’autrice, ils sont vraiment tous différents, avec des caractères et des ambitions bien personnelles. Je pense que chaque lecteur peut trouver un personnage dans lequel il peut s’identifier. Par exemple, je m’étais assez vite identifiée à Violette, du coup forcément avec Zoé qui est totalement l’opposée, on a pas grand chose en commun et j’ai eu du mal à la comprendre.

J’ai apprécié Jason, qui est un personnage foncièrement bon. On remarque très vite que c’est une personne de confiance sur qui on peut s’appuyer en cas de besoin. C’est le genre d’ami que l’on a envie d’avoir près de soi. J’ai eu du mal avec Zoé, et je ne me suis clairement pas attachée à elle.

La relation entre Zoé et Jason ne m’a pas séduite ni fait rêver comme la relation entre Violette et Logan. Tout simplement car je pense que les Violan étaient des personnages qui me correspondaient beaucoup plus et qu’il était donc plus facile pour moi d’être touchée et de m’attacher à eux.

L’autrice à su créer des personnages tous très différents les uns des autres ce qui permet à une multitude de lecteurs de pouvoir s’identifier à l’un d’eux. La diversité des personnages est très représentative de la vraie vie, on sent d’ailleurs que c’était un point important pour l’autrice.

Même si quelques points m’ont dérangée, Aime moi je te fuis reste une jolie romance que je vous recommande. Si vous n’avez pas lu Viens, on s’aime, lancez vous !

4 cet le résumé _
Le premier qui tombe amoureux a perdu

Tout le monde sait que la meilleure façon d’oublier son ex est de s’envoyer en l’air avec un inconnu. Non ? En tout cas, Zoé en est persuadée. Justement, elle trouve l’homme parfait pour le job dans un bar irlandais : un sourire idiot, un corps parfait et un pull de Noël ridicule, que demander de plus ? Zoé l’aurait même rappelé… s’il n’avait pas été le pire coup de sa vie.

C’est décidé, Jason arrête les plans d’un soir. Il aurait dû comprendre le message plus tôt, mais cette nuit avec l’inconnue aux cheveux roses l’a convaincu : plus jamais ! Du moins jusqu’à ce que l’inconnue en question s’avère être Zoé, la colocataire de son meilleur ami Loan.

Le souvenir de leur nuit catastrophique les pousse à se détester dès le début. Mais lorsque Zoé vient lui demander de l’aide, Jason lui propose un deal qu’elle ne pourra pas refuser.

 

Avis | Miss Cyclone – Laurence Peyrin

Personne ne mérite qu’on fasse le sacrifice de sa vie pour lui. Sinon on devient quelqu’un d’autre.

et le résumé _ (1)

Il y a déja plusieurs mois, on m’avait chaudement recommandé ce livre. Alors évidemment, on m’en recommande beaucoup, les réseaux sociaux sont plein à craquer de livres à ne surtout pas manquer MAIS il est difficile de tout lire ! Ceci dit, la couverture et le titre me disait bien, donc je l’avais quand même noté dans ma wishlist « au cas où ». Il y a quelques temps, je suis tombée dessus par hasard à Emmaus, donc pour le prix, il est évident que j’étais repartie avec ! Comme souvent avec les achats d’occasion, j’achète mais je ne sais pas quand je vais lire… (comment ça c’est pareil avec les achats neufs ?!). Bref, tout ça pour vous dire que la semaine dernière je l’ai choisi au hasard dans ma bibliothèque et je ne regrette pas du tout le temps accordé à cette histoire ! 

L’histoire démarre pendant l’adolescence d’Angela et June, deux amies inséparables et pourtant si différentes! J’ai beaucoup apprécié cette amitié solide, où chacune à conscience des différences mais accepte l’autre telle qu’elle est. Elles se soutiennent, s’acceptent, s’épaulent et grandissent ensemble.

On va suivre une très bonne partie de la vie d’Angela et June, de l’adolescence jusqu’à la vie adulte. On les voit grandir, entrer dans le « monde des grands ». Leur vies vont prendre des tournures très différentes, mais malgré cela, elles restent très liées.

Angela va subir la vie, se laisser porter par les événements, faire confiance à ses proches sans jamais donner son avis. Elle va donc vivre pendant des années, une vie qu’elle n’a absolument pas choisi et pour laquelle elle n’a jamais eu son mot à dire… Tandis que June mène sa vie comme elle l’entend, comme elle le désire.

C’est une histoire où l’amitié a une place fondamentale, mais on y apprend aussi que malgré la force de l’amitié, il y a parfois des secrets qui restent inavouables. Par peur de quoi ? Du jugement, du regard de l’autre, d’avoir mal fait, de ne pas être compris…

June et Angela vont grandir et mûrir au fil des pages. On les voit évoluer et changer. J’ai beaucoup aimé suivre la transformation d’Angela, qui par la force des choses va apprendre à être maîtresse de sa vie après avoir passer tant d’années à se laisser porter.
Les relations entre les personnages sont vraiment bien réfléchies et travaillées, elles prennent du temps à se mettre en place et ça rend le récit encore plus réaliste.

Ce que j’ai aimé:
– les relations réalistes entre les personnages
– l’évolution d’Angela vers la prise en main de sa vie
– les thèmes abordés: l’amitié, l’amour, le pardon, la confiance, la trahison et j’en passe
– la plume fluide et agréable de l’autrice

4 c

et le résumé _

A l’ombre du Cyclone, les célèbres montagnes russes de Coney Island, là où New York se jette dans la mer, Angela et June, deux jeunes filles que tout oppose, se construisent ensemble dans une amitié indéfectible.

L’amitié féminine, dans sa force et sa singularité, est racontée ici de manière lumineuse par Laurence Peyrin, à travers quatre temps de la vie d’Angela et de June. Quatre temps décisifs qui coïncident avec quatre événements marquants de l’histoire new-yorkaise : la mort de John Lennon, l’ouragan Bob, l’affaire Lewinsky, le 11 Septembre, comme autant d’échos aux bouleversements intimes de ces héroïnes.

 

Avis | Orion T1 – Battista Tarantini

L’artiste se brise pour renaître. L’artiste se brise pour incarner.

et le résumé _ (1)

J’avais bien aimé Heroes de Battista Tarantini, où l’histoire était vraiment originale et addictive. Une nouvelle série de cette autrice, forcément ça me tentait ! Je n’avais encore jamais lu de romance dans l’univers de la danse, donc je trouvais l’idée assez originale. J’étais vraiment emballée par cette lecture, mais j’en ressors très mitigée…

Tout d’abord, oui le style d’écriture est hyper addictif, il est assez difficile de laisser tomber l’histoire avant la fin. D’ailleurs, je l’ai lu en une journée car j’avais hyper envie de connaître le dénouement.

Léo est une jeune femme qui à dédié sa vie à la danse, depuis son plus jeune âge. Un vrai petit rat de l’opéra, très formatée et qui rentre parfaitement dans le moule. Ce n’est pas péjoratif, mais c’est comme ça que je l’ai ressenti, elle est dans ce monde depuis si longtemps qu’elle fait toujours exactement ce que l’on attend d’elle, sans même sans rendre compte. Elle est parfaite dans cet univers. J’ai apprécié suivre son changement, son évolution, je dirais même sa révélation ! Elle va enfin ouvrir les yeux, et devenir elle-même!

J’ai eu beaucoup de mal avec Orion, certes il est mystérieux et très célèbre… Mais surtout, il a des comportements de « prédateur » qui m’ont très très souvent mise mal à l’aise. C’est pour moi la personne dont il faut absolument se méfier et j’ai eu du mal à comprendre ce qu’il avait de fascinant.
Je n’ai pas apprécié la relation qui naît entre Orion et Léo. Le maître et l’élève. J’ai vraiment eu l’impression qu’il profitait de son statut, de la fascination qu’à Léo pour lui, pour faire ce qu’il voulait d’elle. Il la manipule, la transforme à sa guise, profite d’elle dans tout les sens du terme. Elle est vraiment sous l’emprise de cet homme, et pour moi c’était hyper malsain et malaisant.

Ce que j’ai aimé, c’est l’univers de la danse, et le fait d’en voir le côté caché, le côté obscur. Le côté « dépassement de soi », où il faut toujours donner son maximum au péril de sa santé. Léo s’oublie complètement, tant qu’elle donne le meilleur d’elle-même sur scène, quitte à se mettre en danger.

J’ai aussi aimé suivre l’évolution de Léo, et la façon dont elle ouvre les yeux. Elle apprend enfin à danser pour elle, pour le plaisir et non plus car c’est ce que l’on attend d’elle. Elle le fait désormais par passion, et non plus car elle a été formatée pour ça.

Vous l’aurez compris, il est difficile pour moi de noter ce livre, car si j’ai apprécié l’histoire de Léo, j’ai été très très mal à l’aise avec Orion.

3c

et le résumé _

Après des années de travail intenses et douloureuses, Leo Kats sera Nikiya dans la Bayadère qui se jouera à l’Opéra de Sydney. C’est la consécration pour cette jeune danseuse.

Quelques jours avant la représentation, Orion Atlay, illustre chorégraphe français, s’invite dans l’école de la compagnie pour y créer un ballet irrévérencieux. Et il veut Leo, lumineuse et docile. Seulement elle.

Obsédé par la première danseuse, Orion tente tout pour la convaincre. Secouée par les méthodes peu académiques du maître de ballet, troublée par le désir qu’elle ressent pour lui, Leo craint le pire pour sa carrière.

Des studios à la scène, en passant par les coulisses de l’Opéra, les deux Étoiles dansent avec leurs ombres. Elles devront se battre pour trouver l’amour.

Avis | La série: Driven – K. Bromberg

Il est mon feu en une nuit froide, le soleil qui réchauffe ma peau en un frais matin de printemps, le vent qui caresse mon visage en un jour d’automne – il est tout ce qui me fait me sentir vivante, et entière, et belle. Et désirée.

En juillet, je me suis lancée dans le premier tome de Driven : quelle surprise ! J’ai lu une bonne partie de la nuit, jusqu’à avoir terminé le livre ! Quelle plaisir de retrouver une histoire aussi addictive, de ne pas pouvoir lâcher le livre avant la fin…

Evidemment, une fois le premier tome terminé, il me fallait la suite ! Je n’ai pas forcément enchaîné les tomes, c’était mes lectures doudou à lire entre d’autres lectures. J’ai sincèrement accroché aux quatre tomes principaux, et je compte bien lire les tomes compagnons pour retrouver cet univers et ces personnages que j’ai tant aimé.

En octobre, j’ai donc lu le second et le troisième tome avec toujours autant de plaisir ! Puis en janvier, j’ai dévoré le quatrième !

et le résumé _ (1)

Colton Donovan est le book boyfriend par excellence, pilote de F1 célébre, il est à la fois intriguant, charmeur, beau à tomber, toujours prêt à rendre service… Que dire de plus ? Dès la lecture du premier tome, j’étais totalement sous son charme et ça n’a pas cessé au fil des quatre tomes. C’est un homme torturé par une histoire de vie difficile, mais qui évolue, se remet en question, et surtout, il est prêt à prendre des risques pour être enfin heureux.

Rylee est éducatrice dans un foyer pour enfants. Alors deja, l’histoire commence avec un point commun entre elle et moi, puisque je suis aussi éducatrice mais pas dans ce domaine. Evidemment, son vécu me parle, et il était facile pour moi de m’identifier à elle. Parfois, j’ai eu du mal avec Rylee, car elle pense tellement aux autres qu’elle s’oublie, jusqu’à se mettre en danger. et ça c’est non ! Aider les autres, c’est bien, mais il ne faut pas oublier de prendre soin de soi ! Elle évolue aussi, en restant fidèle à ses principes. Elle enchaîne les drames, et en ressort toujours la tête de haute (car elle est bien épaulée, oui oui).

Je ne vous cache pas que Colton et Rylee vivent drame sur drame. Un drame arrive, les choses s’arrangent, tout va mieux ET PAF ! On recommence le cycle infernal ! L’écriture est tellement addictive que ce n’est pas si dérangeant, mais parfois je me disais « stop, c’est trop », qui dans une vie cumule autant d’embûches en si peu de temps ?! On frôle parfois le manque de crédibilité par ce « trop de drame » mais, je pardonne à K Bromberg car j’aime trop cette histoire.

Je compte bien entendu lire les tomes suivants, on y suit des personnages secondaires. D’autres personnages sont intéressants donc je suis contente de pouvoir en savoir davantage sur eux aussi.

cdc

et le résumé _

Pour se protéger de déboires passés, Rylee Thomas est toujours dans le contrôle d’elle-même jusqu’au jour où elle rencontre le seul homme qui, justement, pourrait lui donner envie de lâcher prise… Colton Donavan, un boy superbe, arrogant et ténébreux, habitué à obtenir tout ce qu’il désire. Une histoire d’amour torride entre une femme qui cherche à se reconstruire et un pilote de course intrépide, constamment sur le fil du rasoir, qui repousse toujours plus loin ses propres limites comme celles des autres.